Harcèlement.ca

Évaluation de milieux à risques

Dans un milieu de travail où une situation difficile est signalée par un ou des employés, l'employeur a l'obligation de prévenir et de faire cesser toute forme de harcèlement qui pourrait en résulter. Il importe alors d'en estimer le risque et d'avoir, en fonction des facteurs présents, un aperçu des conditions qui compliquent ou facilitent la recherche d'une solution à l'amiable. La grille d'estimation des facteurs de risque que nous proposons a été conçue à cette fin.

Les facteurs de risque dans un milieu de travail sont mesurés à partir de l'indice de savoir vivre des gens qui le composent ainsi que des styles interpersonnels qu'ils manifestent entre eux.

L'indice de savoir vivre au travail

En premier lieu il y a le "quoi", ce qui se passe, les conduites, les attitudes, les constats que l'on peut faire.

Il y a les atouts et les lacunes qui sont présents dans le milieu de travail. Il importe de les reconnaître si on veut pouvoir peser le pour et le contre, pour se faire une idée de la situation.

À partir de la perception du personnel à propos de son milieu de travail, on peut identifier des points de vue partagés dont on peut se réjouir et d'autres qui nécessitent une attention particulière.

L'indice de savoir vivre au travail est constitué de schémas qui présentent la situation sous différents aspects. Ils permettent de faire des constats qui aident à trouver des pistes d'amélioration du climat de travail.

Les styles interpersonnels

Il y a ensuite le "pourquoi" ça arrive. Au delà des faits souvent irréparables et des dires qui laissent des traces, il y a un facteur déterminant qui influence la suite des évènements, le facteur psychologique. En l'évaluant pour chacune des parties en cause, on peut avoir une bonne idée des attitudes actuelles et potentielles qui risquent d'aider, de nuire ou de rendre la relation de travail impossible entre deux ou plusieurs individus. Le style interpersonnel des personnes concernées est très révélateur à cet égard.

On mesure les styles interpersonnels pour ensuite pouvoir observer écarts entre la perception de l'actuel par rapport à la situation idéale où la personne aimerait se retrouver. On peut ainsi estimer la pression que ressent le sujet dans le contexte; une pression plus ou moins grande au changement ou une force d'inertie en faveur du statu quo.  Dans l'évaluation des possibilités de trouver une solution à l'amiable, il est opportun de voir où se situent les parties pour estimer le réalisme de ce qu'elles sont prêtes à mettre comme efforts pour en arriver à une entente et convenir des conditions nécessaires pour y arriver.

Une approche concrète et réaliste

Quand les gens veulent se sortir d'une situation difficile, ils sont prêts à collaborer et à faire les efforts nécessaires. Il importe de leur faire voir l'importance de tenir compte des facteurs de risque à de saines relations dans leur réflexion. Avec les moyens mis à votre disposition dans ce site, vous pourrez facilement dresser un portrait de la situation. Vous aurez alors matière à réflexion et des pistes à leur proposer pour les aider à décider des orientations à prendre dans le contexte.

L'exercice à faire n'est pas menaçant et se fait sous le sceau de la confidentialité. Les concepts utilisés sont concrets et simples à comprendre. Le but n'est pas d'étiqueter les gens mais plutôt de voir la dynamique qui les anime. Habituellement les gens se reconnaissent dans les résultats et vous apprenez à les découvrir.

La présentation des résultats vous donne l'occasion de vérifier vos hypothèses et d'échanger vos perceptions avec les personnes concernées.  Ensuite les gens ne voient plus les choses de la même manière.

Il vous reste ensuite à les orienter vers des solutions réalistes et à faire les suivis nécessaires par rapport à leur cheminement.

Voici comment procéder :

Retour aux étapes pour un intervenants
Copyright  2014 - Guy Lacoursière