Harcèlement.ca

Le harcèlement c'est grave. Il ne faut pas confondre.

Pour que le harcèlement psychologique soit reconnu, les quatre éléments de la définition doivent être présents et démontrés, à savoir :

  • une conduite vexatoire ayant un caractère de répétition ou de gravité;
  • qui est hostile ou non désiré;
  • qui porte atteinte à la dignité ou à l’intégrité psychologique ou physique;
  • et qui entraîne un milieu de travail néfaste.

Les gens qui peuvent vivre du harcèlement dénoncent l’un ou l’autre des faits suivants :

  • des agressions verbales à répétition qu’ils ont subies, des reproches accompagnés de menaces, des conséquences néfastes à une parole ou geste qu’ils ont posé dont ils ne peuvent plus se défaire, des allusions qu’on leur a faites pour les troubler et des indiscrétions qui les ont gênés, des humiliations devant d’autres personnes ; des gestes violents qu’ils ont subis au travail;

  • la présence dans leur entourage de personnes qui ont des comportements néfastes pour eux, qui leur font peur et les intimident, qui sont malveillants et cherchent à leur nuire, qui montent les gens contre eux, qui entachent leur réputation ;

  • le fait d’être pris dans un contexte néfaste dont ils ne peuvent pas se sortir, d’être mis à l’écart, de ne plus faire partie de la gang ou des plans de l’organisation, de ne pas se sentir considéré, d’éprouver l’indifférence de son entourage ;

  •  le fait de se sentir perçus négativement et de toujours devoir se justifier, le fait de se sentir traités de façon inéquitable par rapport aux autres, le sentiment d’avoir perdu la reconnaissance de leurs compétences dans des circonstances inacceptables, la lassitude qu’ils éprouvent face aux agissement de personnes qui ont du pouvoir sur eux, le sentiment que rien n’est logique par rapport à ce qui leur arrive ;

  • le sentiment d'être brimés dans leurs droits, d’être l’objet d’abus de pouvoir ou de contrôle indu, d’être privés de l’information dont ils ont besoin, d’être mis en échec dans ce qu’ils entreprennent ou par rapport aux idées qu’ils apportent ;

  • l’insensibilité de la gestion face à des problèmes qu’ils éprouvent et qui les empêchent de donner la performance qu’ils seraient capables de fournir, l’impuissance qu’ils ressentent à se faire comprendre et à faire valoir leur point de vue ;

  •  la façon dont on les a traités suite à leur retour d’invalidité ou dans les dernières années d’une carrière pourtant bien remplie.

  • D’autres dénoncent le milieu de travail malsain dans lequel eux et leurs collègues se trouvent, le climat de suspicion entre le personnel, le commérage sur tous et chacun, le chacun pour soi, les préjugés de certains envers d’autres et les rancunes qui empoisonnent leur climat de travail.

Ces situations dénoncées ne constituaient pas toutes du harcèlement psychologique au sens de la définition de la Loi. Elles illustrent néanmoins la détresse vécue dans nos milieux de travail par certaines personnes qui ont fait appel à mes services.

De telles situations contribuent à l’existence de milieux de travail néfastes qui peuvent mener à la manifestation de harcèlement psychologique. L’organisation doit en connaître l’existence pour prendre les mesures appropriées afin d’assurer à son personnel un milieu de travail sain tel que la Loi l’y oblige. Les gestionnaires ont un rôle capital à cet égard, qu'ils peuvent remplir en étant toujours vigilants et proactifs par rapport au climat de travail qui prévaut dans leur environnement.